EN SAVOIR PLUS SUR LES  UV-C

Généralités

 

Les ultraviolets (UV) également appelés « lumière noire » sont des rayons invisibles à l’œil nu. 

La lumière du soleil constitue la principale source naturelle de rayonnements* ultraviolets.

Spectre_électromagnétique.png
Décomposition_de_la_lumière_Blanche_

 

Le noyau central du soleil, par une réaction nucléaire, génère une quantité importante de rayonnement. Cette énergie, aussi appelée « spectre électromagnétique », se présente sous formes d’ondes* (ondes-radio, micro-ondes, rayonnement infrarouge, lumière visible, rayons ultraviolets, rayons X, rayonnement gamma).  

 

Les ultraviolets peuvent également émaner de sources artificielles telles que les appareils de bronzage, les lampes de séchage UV, les fers à souder (soudure à l’arc), les lampes à lumière noires ou les lasers UV.

 

Leur nom, dont l’origine provient de la physique, se décompose ainsi :

  • Ultra : Au-delà en latin

  • Violet : couleur symbolisant la longueur d’onde la plus élevée et donc la plus courte de la lumière visible. Les UV dépassent cette longueur d’ondes*.

 

Les UV sont classés en trois catégories, UV-A, UV-B, UV-C, selon leur longueur d’ondes.

 

Différence entre les UV-A, UV-B et UV-C

 

Les UV-A ont une longueur d’ondes comprises entre 320 à 400 nanomètres(nm)*.

Ils représentent 95% des rayons qui atteignent la surface de la Terre.

Ce sont les UV-A qui nous permettent de bronzer. En revanche, à haute dose, ils provoquent des rougeurs, démangeaisons, vieillissement de la peau et peuvent également endommager la rétine.

 

La longueur d’ondes des UV-B se situe entre 290 à 320 nm.

Seuls 5% des rayons UV franchissant l’atmosphère terrestre sont des UV-B. Ce sont eux qui permettent à notre organisme d’assimiler la vitamine D, indispensable à la santé de nos os et dents. Bien plus néfastes que les UV-A, le UV-B sont responsables des coups de soleil, des brûlures, des cloques, des inflammations de la cornée et de la majorité des cancers de la peau(mélanome).

 

Sont appelés UV-C, les rayons ultraviolets dont la longueur d’ondes est comprise entre 100 à 280 nanomètres*(nm). Compte tenu de leur courte longueur d’ondes, ce sont les rayons UV-C les plus énergétiques.

Contrairement aux UV-A et UV-B, ils sont entièrement absorbés par l’ozone* atmosphérique.

Par conséquent, nous n’y sommes naturellement pas exposés.

 

Exploitation des UV-C

 

En 1878, l'action stérilisante des courtes longueurs d'ondes lumineuses sur les bactéries est découverte.

On reconnait en 1903 que les longueurs d'ondes les plus efficaces aboutissant à cet effet se situe autour de 250 nm. En 1960, on parvint à établir l'action du rayonnement sur l'ADN*. 

 

Créés artificiellement, les UV-C sont exploités avec succès depuis des dizaines d’années pour leurs aptitudes bactéricides* dans le cadre de la purification de l’eau, la décontamination de l’air ou des surfaces.

A ce jour, cette technique est largement répandue dans le milieu médical ou les laboratoires. 

Elle est obligatoire pour le traitement du réseau d'eau potable en Ontario, province la plus peuplée du Canada. 

Ce procédé est également employé pour permettre la stérilisation des aliments et boissons lors de leur fabrication, la désinfection des transports en commun ou des billets de banques. 

Fonctionnement des UV-C

 

L’UV-C est, dans ce cas, nommé spectre ou fréquence germicide*.

La fréquence utilisée pour tuer les micro-organismes* est de 253.7 nm.

La fréquence germicide endommage la structure ADN (dite ARN* pour certains virus) des micro-organisme, anéantissant ainsi leur capacité à se reproduire. Grâce ce procédé, lesdits micro-organismes ne peuvent pas se répliquer ni infecter d’autres organismes avec lesquels ils sont en contact.

Ce procédé est un moyen :

  • Simple ⇒ aussi simple que de brancher un appareil électrique traditionnel.

  • Efficace ⇒ détruit 99,99 % des micro-organismes nocifs.

Les UV-C représentent, par ailleurs, une réelle alternative aux produits chimiques de désinfection (chlore, javel).

 

Les craintes liées aux UV-C

Plusieurs facteurs tendent à expliquer l’inquiétude du plus grand nombre face à l’utilisation des UV-C :

 

  • Comme évoqué précédemment, les dangers représentés par les UV pour la santé humaine, ne sont plus à démontrer. La propriété dangereuse d’un objet conduit par nature à la méfiance.

 

  • Les UV-C, actuellement méconnus du grand public, bénéficient d’une mauvaise presse. L’Organisme Mondiale de la Santé (OMS) a récemment émis des mises en garde contre l’usage des UV-C. Il est à rappeler que la surexposition aux UV est nocive pour la santé humaine. Les UV-C sont destinés à désinfecter l’air et les surfaces uniquement.
    L’usage des UV-C pour la désinfection des mains ou toute autre partie du corps est formellement interdit.

  • Au regard du contexte actuel, les dispositifs à l’efficacité relative et à la sécurité discutable envahissent le marché. Le risque d’exposition accidentelle ou de mauvaise utilisation augmente considérablement.

 

  • Certaines lampes de ce même marché ne filtrent pas les rayons inférieurs à 250 nm. Or, nous savons que les rayons ayant cette longueur d’ondes génèrent de l’ozone, émis dans l’air. L’ozone est un polluant provoquant notamment l’irritation des voies respiratoires chez l’homme. 

 

  • En matière de désinfection, les UV-C sous-entendent une efficacité immatérielle et imperceptible. A cet égard, le scepticisme surpasse la croyance.

 

Employées depuis maintenant des décennies, les incidents liés à une exposition accidentelle ou une mauvaise utilisation des lampes UVC sont très peu nombreux.

 

Pourquoi Luveos se démarque ?

Fiabilité :

  • La norme ISO 15858® chiffre le temps d'exposition admissible durant lequel une personne, non protégée, peut être exposée aux UV sans préjudice. Ce seuil est fixé à une minute. 
    Grâce au capteur de mouvements intégré de série, nos produits sont étudiés pour interrompre leur fonctionnement immédiatement et exclure ainsi toute exposition (Temps réel d’exposition : 2ms (millisecondes)).

  • Lorsque nos produits sont en fonction et émettent des UVC, une alarme sonore retentit, avertissant ainsi clairement que le système est actif. 
     

  • Lorsque les produits fonctionnent, une LED rouge clignote en continu tant que des UVC sont émis, signalant que le dispositif est en marche.


De haute qualité :

  •  Les produits vendus par Luveos sont fabriqués en Europe et ont, à ce titre, obtenu une certification européenne
     

Non polluant :

  • Le néon conçu par Philips®, dont la réputation n’est plus à faire, ne génère aucun ozone.
     

En conclusion, l'emploi des UVC, dans des conditions normales d’utilisation, permet de sauvegarder la santé humaine par la désinfection de l’eau, de l’air et des surfaces, ainsi que prévenir les risques de contamination.

Définition 

 
longueur d'onde.png

Rayonnement :

Ensemble des radiations (énergie émise et propagée sous forme d'ondes à travers un milieu matériel) qu’émet un corps.

 

Onde :

Phénomène de perturbation qui se propage dans un milieu quelconque (eau, air, sol), transportant de l’énergie et non de la matière.

 

Longueur d’onde :

La longueur d'onde est une unité de mesure permettant de calculer la distance (périodicité spatiale) qui sépare deux crêtes (maximas d’oscillation) d'une onde.

La longueur d'onde est aussi la distance parcourue par l'onde pendant une période d'oscillation.

Nanomètre (nm) :

Unité de longueur. Sous-multiple du mètre. 1 nanomètre = 1 milliardième de mètre.

 

Ozone :

Couche de la stratosphère terrestre dans laquelle la concentration d'ozone est la plus importante.

 

ADN :

Abréviation de Acide Désoxyribonucléique. Molécule en forme de double hélice, qui code toutes les caractéristiques héréditaires d'un individu.

 

Bactéricides/ Germicides :

Qui tue les bactéries, les germes microbiens.

 

ARN :

Abréviation d’Acide Ribonucléique, constituant fondamental de la cellule, est essentiel dans le transport du message génétique et la synthèse des protéines.

Certains virus utilisent l'ARN comme matériel génétique.

Les plus connus sont les VIH (responsables du SIDA), le virus du SRAS, le virus de la grippe et le virus de l'hépatite C.

 

Micro-organismes (ou microbes) :

Terme biologique désignant des organismes microscopiques vivants non visible à l’œil nu.

Il comprend 4 familles : les virus, les bactéries, les moisissures (comprenant champignons microscopiques et levures) et les protozoaires* (parasites)